YERULDELGGER – Ian MANOOK

yeruldelgger-ian-manook

YERULDELGGER
Ian Manook
648 pages
Le Livre de Poche

 

Résumé

Cinq ans plus tôt, Kushi, la fille de l’inspecteur Yeruldelgger a été enlevée et assassinée pour l’obliger à abandonner une enquête sur la corruption liée au rachat des terres de la steppe mongole.
La découverte du cadavre d’une autre fillette va le replonger dans les mêmes tourments. Dans un pays à l’histoire et aux paysages sauvages, une guerre sale d’argent et de pouvoir s’est déclarée autour d’une des richesses minières les plus rares et les plus convoitées de la planète.
Pour lutter contre les puissances qui veulent s’accaparer son pays, Yeruldelgger va puiser ses forces dans les traditions héritées des guerriers de Gengis Khan, dans les techniques modernes d’investigation, et dans la force de ses poings.
Parce qu’un homme qui a tout perdu ne peut rien perdre de plus. Il ne peut que tout reconquérir. Peu à peu, sans pitié ni pardon…

 

Mon avis

Polar digne des plus grands, Yeruldelgger est brillant !
Ce roman, signé Ian Manook, nous entraîne dans une Mongolie assez méconnue.
Nous voyageons de la steppe à la ville, en apprenant beaucoup de la culture et de l’histoire de ce grand pays, partagé entre le folklore local et la modernisation.
Côté personnages, nous ne sommes pas en reste puisqu’ils sont soignés et fouillés.
L’histoire est habillement menée grâce aux nombreux rebondissements.
Lisez-le, vous ne le regretterez pas.
Lu dans le cadre du PRIX DES LECTEURS 2015 des éditions LE LIVRE DE POCHE.

 

A propos de Ian Manook

Ian Manook a sûrement été le seul beatnick à traverser d’Est en Ouest tous les États-Unis en trois jours pour assister au festival de Woodstock et s’apercevoir en arrivant en Californie qu’il s’ouvrait le même jour sur la côte Est, à quelques kilomètres à peine de son point de départ. C’est dire s’il a la tête ailleurs. Et l’esprit voyageur ! Journaliste, éditeur, publicitaire et désormais romancier, Yeruldelgger est son premier roman, et le premier opus d’une série autour du personnage éponyme qui nous conduit des steppes oubliées de Mongolie aux bas-fonds inquiétants d’Oulan-Bator. Il vit à Paris.
Ian Manook, pour Yeruldelgger, fait partie des huit finalistes en lice pour le Prix du meilleur polar francophone. Il est également sélectionné pour le Trophée 813 du roman francophone.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s