LITTLE ROCK – John BRANDON

LITTLE ROCK - JOHN BRANDON.jpeg

LITTLE ROCK
John Brandon
333 pages
Éditions du Masque

 

Résumé

L’Arkansas, c’est l’endroit où l’on ne s’arrête pas. C’est pourquoi John Brandon a choisi cet État du Midwest pour mettre en scène ce roman noir et décalé.
Arkansas, c’est l’histoire grinçante de quatre hommes : Swin, Kyle, Bright et Froggy, et de Johnna, la petite amie de Swin. Swin et Kyle travaillent pour Bright, qui à son tour travaille pour Froggy. Mais la chaîne de commandement est assez confuse. Leur routine est faite de jours et de nuits : le jour, Swin et Kyle sont employés dans un parc régional où ils ramassent les feuilles et vendent les billets d’entrée à des familles en monospace. La nuit, ils transportent de la drogue, rencontrent des individus louches dans des mobil-homes rouillés, et exécutent de vagues ordres d’un chef qu’ils n’ont jamais vu. Avant qu’ils se rendent compte à quel point leur vie quotidienne s’approche du paradis, leur tranquillité est troublée par un coup de feu. Les nuits se mélangent alors aux jours : cadavres, patrons furieux, associés suspicieux… Il va leur falloir apprendre sur le tas, et vite, à sauver leur peau.

 

Mon avis

« Little Rock » nous raconte l’histoire de deux personnages différents, mais ayant des points communs, ce qui les rend complémentaires.
D’un côté, nous avons Swin, intelligent et malin, il met à profit ses compétences pour commettre des délits. Et d’un autre côté, nous avons Kyle, le musclé et bagarreur. Lui aussi vit de vols et de débrouilles. Tous les deux sont sans attaches et vivent au jour le jour. Et puis ils se rencontrent.
Avec l’humour décapant de l’auteur, nous suivons les personnages dans leurs folles aventures. Malgré leurs activités, nous nous attachons à ces personnages pathétiques.
John Brandon nous livre un roman noir décalé et déjanté, amusant et bouleversant.
Je remercie les ÉDITIONS DU MASQUE pour cet envoi.

 

A propos de John Brandon

John Brandon a grandi en Floride. Son passe-temps favori, quand il n’écrit pas, est de regarder les matchs de football américain universitaires. Très remarqué par la presse, John Brandon fait figure d’ovni littéraire dans le paysage américain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s